Marijke Jährling
Foto: Isabel Jasnau

Marijke Jährling

Avec une gamme de près de quatre octaves, la chanteuse et parolière germano-néerlandaise Marijke Jährling peint des tableaux, construit des sculptures d’une beauté transparente et raconte des histoires touchantes sur la vie. Son chant reflète sa carrière artistique, sa vie et ses diverses expériences.

Avec Bon­jour Lib­erté, j’aimerais vous présen­ter le nou­veau pro­gramme signé et inter­prété par Mar­ijke Jährling. S’inscrivant dans la tra­di­tion de Bert Brecht, Kurt Tuchol­sky et Kurt Weill, ce pro­gramme est à la fois un hom­mage et une déc­la­ra­tion d’amour à la France, à Paris.

Espiè­gle, sen­suel et tout à fait d’actualité, le nou­v­el album Bon­jour Lib­erté de Mar­ijke oscille habile­ment entre chan­son, jazz et cabaret. Mar­ijke y com­bine ses pro­pres com­po­si­tions sur les textes de Tuchol­sky avec de nou­veaux arrange­ments des chan­sons de Kurt Weill. Le ton est lyrique, ironique, poli­tique et comique. Kurt Tuchol­sky – fin con­nais­seur de vin et du sexe féminin et dont les textes ont sou­vent été mis en musique – n’a très prob­a­ble­ment jamais ren­con­tré le com­pos­i­teur de génie Kurt Weill, même si celui-ci a tra­vail­lé avec des auteurs renom­més, tels Brecht. Mais ils se rat­trapent ici, dans cet album, où la chanteuse et parolière ger­mano-néer­landaise comble cette lacune en arrangeant leur ren­dez-vous man­qué. En effet, tous deux ont choisi Paris comme point d’ancrage et de refuge pour se pro­téger des con­traintes de leur époque. Mar­ijke part sur les traces de leurs points de con­tact com­muns dans la métro­pole de la Seine. Ses tra­duc­tions en français lui ont per­mis de mieux com­pren­dre ces deux émi­nents témoins de l’époque de Weimar. Bon­jour Lib­erté retrou­ve le ton de cette époque et le trans­pose à notre époque actuelle, avec beau­coup d’esprit et de poésie — et une voix qui fait frissonner.

Après Nola et Spheres of Monk, Mar­ijke passe du jazz à la chan­son. Dans ces arrange­ments (Christoph Schöps­dau, Peter Got­thardt), la chanteuse et actrice mélange de manière ingénieuse les styles et les couleurs : l’accordéon (Almut Schwab) joue des sons de musette ten­dres, le piano (Vass­i­ly Zaraysky) invite au tan­go et glisse dans les méan­dres du swing, porté par une con­tre­basse agile (Ralf Cet­to), la gui­tare (Jens Mack­en­thun) ajoute des touch­es déli­cates aux pas­sages de fla­men­co et de boléro exaltés et les instru­ments à vent de Steph Winzen con­fèrent aux chan­sons leur car­ac­tère col­oré avec un puis­sant sax­o­phone bari­ton, une clar­inette basse mélan­col­ique et un sax­o­phone sopra­no enjoué. Bon­jour Lib­erté est un album émou­vant. Il nous invite à danser le swing, à rêver et éveille un désir de lib­erté et d’amour de la vie… sur un ton tan­tôt joyeux, tan­tôt mélancolique.